Les émotions

En sophrologie nous travaillons sur nos 4 émotions principales :

  • La joie
  • La tristesse
  • La peur
  • La colère

Il n’est pas questions d’étouffer nos émotions ni de les réprimer, mais plutôt de les vivre en conscience et d’avoir tous les outils pour comprendre ce qu’elles veulent nous dire.

Il est important de garder en tête que les émotions composent notre état intérieur.

Une émotion est comme un signal sur ce que nous sommes en train de vivre, agréable ou désagréable, c’est un signal plus ou moins bref, puis l’émotion laisse place aux sentiments.

La joie :

C’est de loin l’émotion la plus recherchée ! Et malgré les apparences elle est aussi assez souvent réprimée…  Mais ce n’est pas la question ici.

La joie est la plupart du temps de nature agréable, Elle correspond à un état de plénitude. De manière générale les enfants sont plus à même, que les adultes, de vivre la joie.

De par notre mode de vie, nous avons tendance à ne plus vivre l’instant présent et de se laisser envahir par notre mental, ce qui va avoir pour conséquence des ruminations, des pensées parasite qui nous coupe de notre corps et du moment présent.

Nous pouvons dire que nous sommes en joie en partie lorsque nous vivons le moment présent et que nos besoins sont comblés, le reste est subjectif et propre à chacun… Nous n’éprouvons pas tous de la joie pour les mêmes choses et les mêmes raisons.

La tristesse :

C’est l’émotion directement liée à la perte, que cela soit la perte d’une personne, d’un animal, d’un travail, d’un objet, etc… Plus la perte est importante pour la personne, plus la tristesse le sera aussi. Dans toute perte, il y a un deuil, et en fonction du vécu de la personne celui-ci sera plus ou moins long.

Nous ne sommes jamais triste pour rien, même lorsque nous croyons le contraire, c’est un signal de notre corps, et comme mes formateurs me le répétaient souvent : la tête est menteuse mais le corps ne ment pas.

En revanche une personne complétement coupée de son corps ne pourra pas ressentir les différents signaux et ainsi faire son deuil…

Ce qui est un processus naturel et indispensable.

La peur :

C’est une émotion qui peut être mobilisatrice, elle se manifeste lorsque nous sommes face à une situation que nous ne maitrisons pas.

Il y a plusieurs types de peurs :

  • La peur par manque de maitrise: C’est lorsque nous sommes face à une situation où nous estimons ne pas avoir les connaissances, les capacités, la maitrise du sujet. C’est une peur que l’on peut qualifier de réelle et justifiée, c’est un signal qui peut être mobilisateur et nous permettre de mettre des moyens en œuvre pour obtenir les connaissances, etc… nécessaire.

Nous pouvons aussi parler de peur par manque de maitrise lorsque nous sommes face à un animal sauvage qui s’apprête à nous attaquer et que nous prenons la fuite. C’est un comportement adapté dans la plupart des cas, la peur est donc mobilisatrice. Mais parfois nous pouvons être tétanisés, sidéré… ce qui peut aussi être un comportement adapté, un peu comme les insectes que l’on va taquiner et qui se retrouve à faire le mort. C’est un mécanisme de défense qui s’active pour la survie !

  • La peur par représentation : c’est lorsque nous visualisons l’objet de notre peur, avec pour finalité l’échec, les conséquences, etc… avec à titre de comparaison une expérience passée qui s’est mal déroulé, ce qui a pour conséquence d’avoir peur par projection/représentation. C’est une peur que l’on peut qualifier de réel et justifié qui peut aussi être mobilisatrice en évaluant les risques d’un nouvel échec, etc…

 

  • La peur par déplacement: C’est lorsque nous avons des peurs sans fondement ni logique. Bien souvent elles proviennent de notre inconscient et elles trouvent leur origine dans une tout autre peur refoulée. Le processus de refoulement n’est jamais là sans raison, c’est pourquoi ce type de peur doit être accompagné non pas par un sophrologue mais par un psychothérapeute à moins d’être en étroite collaboration ou d’avoir la double casquette.

La colère :

C’est une émotion qui nous renseigne sur nos valeurs, croyance et conditionnement.

Lorsque nous sommes en colère c’est qu’une ou plusieurs de ces notions n’a pas été respectée.

Ce qui provoque en nous le sentiment de ne pas être respecté.

Lorsque nous acceptons notre colère et que nous sommes en mesure de comprendre pourquoi elle se manifeste, nous pouvons agir en conséquence.

Pour conclure :

Chacune de ses émotions est saine et naturelle.

Une fois que nous avons assimilé leurs fonctions, notre vision de nous-même s’éclaircit significativement. Je vous demande d’être bienveillant, tolérant avec vous-même.

Nos émotions sont des outils exceptionnels qui nous renseignent sur nous-même et qui transmettent aux autres ce que nous sommes en train de vivre. Même si elles peuvent être désagréables, leurs objectifs et de nous faire réagir, de nous mobiliser vers l’agréable.

Le décryptage de nos émotions devrait être enseigné de notre plus jeune âge ! Une fois conscientisé, c’est une toute nouvelle façon de les vivre qui s’offre à nous.

Même si c’est parfois plus difficile à vivre que d’autres fois, nous devrions tous être reconnaissant d’avoir des émotions ; même les plus désagréable… Comment pourrions-nous ressentir l’agréable sans ressentir le désagréable ?

En revanche lorsque nous ne sommes pas en mesure de gérer nos émotions, celles-ci peuvent être vécu de manière beaucoup trop intense, de façon disproportionnée… Ce qui nous empêche de correctement les discerner, d’être en conscience. Dans ces cas-là, la sophrologie va permettre d’abaisser l’intensité des émotions pour discerner plus facile le message qu’elles essaient de nous transmettre.

Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être affichés